Reconnaître une poussée

On désigne également les poussées sous le nom de «ravivements» ou «aggravations». Vous entendrez aussi probablement des termes médicaux tels que «attaques», «épisodes aigus» ou «événements cliniques».

Lorsque de nouveaux symptômes associés à la SEP apparaissent ou que d’anciens symptômes associés à la SEP s’aggravent et persistent pendant une durée d’au moins 24 heures, on parle d’une poussée de SEP ou d’une aggravation de la SEP. Des symptômes connus, apparaissant sur une autre partie du corps, peuvent également indiquer une poussée.

Lors d’une poussée, les troubles se développent en quelques heures ou quelques jours et ils peuvent durer de quelques jours à quelques semaines.

Comment reconnaître si vous présentez une poussée? 

Toutes les poussées, même légères, doivent être signalées à votre médecin ou votre infirmière SEP aussi rapidement que possible.

Il peut cependant parfois être difficile de distinguer si un symptôme est ou non le signe d’une poussée, notamment si la maladie vient seulement d’être découverte chez vous. Vous pouvez, par exemple, souffrir de problèmes d’équilibre et de fatigue au cours d’une phase de rémission. Ces symptômes physiques ne signifient pas automatiquement que vous souffrez d’une poussée.

En cas de doute, parlez-en à votre médecin ou à votre infirmière SEP. Notez l’heure et la durée de vos troubles ainsi que l’effet qu’ils ont sur vous. Ces indications pourront être utiles lorsque vous parlerez à votre médecin.

Au début, il peut être difficile de bien distinguer les symptômes d’une poussée. Toutefois, après un certain temps, vous le sentirez et mieux vous connaîtrez votre état physique, plus il sera facile de reconnaître d’éventuels symptômes associés à la SEP. Mieux vous connaîtrez ce processus, moins il sera angoissant.

Il peut parfois être inquiétant de constater de nouveaux symptômes au cours d’une poussée. Il faut toutefois savoir que: Tous vos troubles ne doivent pas être imputés à la SEP. Si vous imputez automatiquement chaque symptôme à votre SEP, il se peut que des problèmes indépendants de cette maladie ne soient pas décelés alors qu’ils devraient être examinés.

En cas de doute, parlez-en à votre médecin. Il vous aidera et vous accompagnera dans les moments difficiles.

Comment les poussées sont-elles prises en charge? 

Les poussées peuvent être légères ou graves et surviennent de façon inattendue. Ceci peut rendre imprévisible la vie avec une SEP. De nombreuses poussées peuvent être traitées à la maison, avec l’aide de votre médecin ou d’un autre soignant. En cas de crise grave, une hospitalisation peut s’avérer nécessaire.

Il existe différentes prises en charge de courte durée des poussées. Voyez avec votre médecin quelle est la meilleure approche.

  • Absence de traitement: Toutes les personnes atteintes de SEP ne souhaitent pas de prise en charge de leurs poussées. Ceci est souvent le cas lors de poussées légères (lorsqu’il s’agit de fourmillements ou d’une sensation de surdité). Voyez avec votre médecin ce qui est le mieux pour vous.
  • Stéroïdes: Peuvent être utilisés pour réduire l’inflammation, raccourcir la durée de la poussée et accélérer la guérison. Ils ne sont cependant pas recommandés pour une utilisation régulière ou de longue durée.
  • Réadaptation et soutien: Physiothérapie, ergothérapie et conseils nutritionnels font partie, entre autres, des modes de prise en charge susceptibles d’amoindrir l’impact d’une poussée sur la vie quotidienne. On peut y recourir en association avec des stéroïdes. Un autre soutien, tel que, par exemple, un accompagnement à la maison ou sur le lieu de travail, peut également s’avérer utile pendant et après une poussée. Demandez à votre médecin ou à votre infirmière SEP les adresses correspondantes dans votre région.

Soyez prêt, ayez un plan pour votre prochaine poussée

Il y a certaines choses simples que vous pouvez faire pendant une phase de guérison afin de vous faciliter la vie lors d’une prochaine poussée:

  • Conservez le nom et le numéro de téléphone de votre médecin ou de votre infirmière SEP à proximité de votre téléphone ou enregistrez-le dans votre téléphone portable au cas ou vous auriez besoin d’aide ou d’un conseil. Transmettez aussi ce numéro à vos parents et vos amis proches, éventuellement également à votre employeur et à vos collègues proches au cas où ils devraient appeler à votre place.
  • Parlez avec votre médecin des différentes prises en charge dont vous pouvez bénéficier afin que vous sachiez tous les deux quel type de traitement vous privilégiez.
  • Préparez un petit sac contenant vos affaires indispensables au cas où vous devriez aller à l’hôpital.
  • Rédigez une liste de tous vos médicaments (pour la SEP ainsi que toute autre maladie) et présentez votre état de santé actuel. Portez ce document sur vous ou placez-le dans votre sac pour l’hôpital au cas où il faudrait le montrer au personnel hospitalier ou de premier secours lors d’une poussée.
  • Demandez à un parent ou un ami de confiance de passer tous les coups de téléphone nécessaires en cas de poussée, à votre employeur par exemple, et assurez-vous de lui transmettre tous les numéros utiles.
  • Réfléchissez si vous souhaitez donner procuration à un membre de votre famille ou à un ami en cas de poussée grave afin qu’il puisse vous représenter et formuler vos souhaits au cas où, pendant une courte durée, vous ne seriez pas en mesure de parler.

Informations complémentaires concernant les poussées

Renseignez-vous auprès de votre médecin ou de votre infirmière SEP pour qu’il vous aide encore à appréhender vos poussées. Des groupes SEP locaux, dans votre région, peuvent également vous apporter des informations et des conseils.